Mes souhaits utopiques pour Montréal en 2017

Entrez dans mon monde de licornes!

Crédit photo : SpreadShirt

Les fêtes de fin d’année maintenant terminées, l’heure est aux résolutions pour la plupart des gens. Beaucoup d’entre eux tenteront réellement de s’améliorer en tant qu’humains, et y mettront vraiment beaucoup d’efforts… pour les deux prochaines semaines. D’autres, un peu plus cyniques, n’en tiendront pas du tout.  Je fais partie de ce dernier groupe.

Eh oui, je suis de ceux qui pensent qu’il faudra plus qu’un changement de date pour améliorer les choses, comme avoir une volonté intrinsèque, par exemple. Notons que cette volonté intrinsèque de changer les choses serait tout aussi bénéfique au niveau sociétal qu’elle l’est déjà au niveau individuel.

Pour cette raison, et parce que j’avais envie de m’amuser un peu en ce début d’année, et je me suis donc imaginée ce que pourrait être Montréal en 2017, dans une vision utopiste de la vie municipale.

Voici donc mes souhaits loufoques (ou pas ?) à la Ville que je voudrais voir apparaître durant la prochaine année.

nouvelle ligne de métro
Une nouvelle ligne!

Amélioration notable du transport en commun

Cela fait plusieurs années qu’on nous bombarde de nouveaux plans quant au prolongement des lignes de métro, mais ils n’ont jamais vu le jour de manière concrète encore. À quand une ligne rose de métro, où on aurait le droit de transporter des licornes en arc-en-ciel, partant de l’île des Sœurs jusqu’à Pointe-aux-Trembles, qui passerait par le Marché-Jean-Talon en revenant, qui poursuivrait sa route jusqu’à Dollard-des-Ormeaux, et irait finalement fermer la boucle en retournant à son point de départ, soit l’île des Sœurs ? On pourrait construire cette ligne rose en forme de cœur, et y insérer à l’intérieur d’autres stations de métro (ligne mauve) qui, alignées les unes contre les autres, prendraient une forme de flèche digne de cupidon. Elle pourrait partir de Lachine pour se rendre jusqu’à Montréal-Nord, pour qu’ainsi les habitants de ces deux endroits puissent enfin se rendre chez eux, chose qui n’a jamais pu être fait depuis 1877.

(On pourrait aussi s’assurer qu’il y aille moins de pannes de métro en mettant des barrières anti-suicide sur les quais, et s’attendre à des baisses considérables de tarifs plutôt qu’à des hausses annuelles continuellement… mais ça, c’est pour les plus ambitieux.)

règlement animaux
Bête méchante! – Photo: Pixabay

Humanisation du projet de loi sur les animaux

Selon moi, le maire Denis Coderre pourrait aller encore plus loin dans son projet de loi sur le contrôle animalier. En effet, tant qu’à inclure les propriétaires de chats et de poissons rouges dans son règlement, sous le principe « d’assurer la quiétude et la propreté de l’espace public », pourquoi ne pas « humaniser » le projet de loi, en incluant aussi tous les propriétaires de bambins ? Les humains sont aussi des animaux, après tout, et certains bambins nuisent autant que des golden retriever aux yeux doux. De plus, autant pour le bambin que pour l’animal, si celui-ci est mal dressé, la personne responsable à blâmer pour la nuisance publique engendrée est son propriétaire. Pas l’animal / le bambin en soi.

À quand la stérilisation de tous les futurs bambins ?

L’accessibilité à l’habitation sur l’île de Montréal

Plusieurs organismes communautaires montréalais se battent pour une plus grande accessibilité au logement pour les personnes plus démunies, mais leurs efforts sont vains. En effet, ce ne sont pas les gouvernants actuels qui vont nous construire davantage de logements sociaux, baisser les coûts des logements, améliorer la qualité de ceux-ci, et encore moins assurer une plus grande accessibilité à la propriété pour la classe moyenne.

Mais moi, j’ai trouvé LA solution miracle ! À défaut d’avoir accès à un toit, nous pourrions plutôt avoir accès à un abri… fiscal ! Ouioui, les abris fiscaux, ceux qui logent l’argent à l’abri du fisc ! On pourrait se déguiser en argent, afin de pouvoir se loger nous aussi. Il semblerait que c’est plus accessible qu’on pense, et que les formulaires à remplir sont ultra-simplifiés. Ça fera changement des HLM sur l’aide sociale, non ?

#JeSuisGéniale

licornes
Venez au pays des licornes! – Photo: Pixabay

Filet social en itinérance

Si l’itinérance existe aussi en région, c’est surtout à Montréal qu’elle est visible. On aurait donc intérêt à prendre en charge nos itinérants ici-même dans notre ville. Plutôt que de faire un décompte à chaque année pour savoir si ceux de l’an passé ont survécu ou pas, je propose, à titre de mairesse de la ville des Licornes, d’installer un filet de sécurité sociale par terre à 1 mètre du sol, et ce, en dessous de chaque itinérant. Ce filet social pourrait être confectionné soigneusement en billets de 20$, ce qui leur permettraient de pouvoir manger plus souvent et d’améliorer leur situation de vie en général. De plus, grâce à la hauteur du filet, ils auraient nécessairement plus chaud en hiver, plutôt que d’être laissés à eux-mêmes sur le sol, dans la glace et la neige. Finalement, les itinérants bénéficiant d’un filet social de la sorte se verraient moins souvent regardés de haut par les passants, puisqu’ils seraient désormais à la hauteur de leurs yeux. Et en plus, les passants les différencieraient mieux des poubelles !

Ainsi, en donnant les conditions financières gagnantes à la population défavorisée, celle-ci n’aura plus besoin de dépendre de la générosité hasardeuse et individuelle des passants, qui ne sont souvent pas si riches que ça, eux autres non plus. (True story.)

***

En attendant que je sois prête à régner sur le monde municipal, je vous souhaite de la paix, de l’amour et de la solidarité pour la nouvelle année ! #VotezLicornes

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE