Lost in Traduction

Récit d'une immigration trilingue !

LostInTraduction
Crédit photo : YULorama
Lost in Traduction

Un article un peu plus personnel aujourd’hui : Je vais vous partager mon ressenti sur la vie d’un immigrant à Montréal.

Il faut savoir que je n’en suis pas à ma première immigration. En effet, j’ai déjà traversé la méditerranée pour vivre plus de 11 ans en hexagone, après avoir vécu 22 ans en Afrique du Nord, je vous laisse faire le calcul.

Mais reprenons depuis le début : quand on naît et grandit en Algérie dans les années 80 (quelle belle décennie !), on ne pense pas forcément à l’immigration, à quitter son pays natal pour s’installer à plusieurs milliers de kilomètres, loin de sa famille et de ses repères culturels.

Cependant, pour certains comme moi, ces repères culturels ne sont pas forcément ceux qu’on imagine. Comme vous le savez, l’Algérie a en elle une forte influence de culture française, tout le monde parle français, la plupart des devantures de boutiques sont écrites en arabe et en français et l’administration est également bilingue… On se croirait presque au Québec !

C’est donc tout naturellement que je me suis retrouvé en France pour poursuivre mes études et passer ainsi des moments formidables qui laissent à ma vingtaine un goût délicieux, mêlant caramel au beurre salé et champagne frais (pas forcément au même repas, d’ailleurs !)

Alger-Paris-Montreal
Crédit photo : YULorama

Mais revenons à notre sujet: Montréal. Comment passe-t-on d’Alger à Paris puis Montréal ? Eh bien il y a à ça une suite tout à faite logique.

En effet, le premier des liens qui surgit est la langue, cette belle langue française que l’on aime tant et qui me permet aujourd’hui de prendre tant de plaisir à écrire et vous partager mon histoire.

Cette même langue qui varie, fluctue, chante ou chiale selon que l’on soit en Afrique, en Europe ou en Amérique.

« Est-ce tout ? » Me direz-vous. Est-ce que l’amour d’une langue vivante suffit à se lancer dans l’aventure d’une immigration ? Car le sujet est bien là: pourquoi immigrer ? Pourquoi dans telle ville ? Et pourquoi si loin ?

Ma réponse serait celle-ci : Compromis ! C’était simple finalement. :)

Bon, ce n’est évidemment pas tout, mais pour être tout à fait honnête, je pense que j’ai aimé Montréal avant même de m’y installer.

De reportages en documentaires, de témoignages en photographies, il émanait de cette ville à la fois des vapeurs d’Orient et des odeurs d’Occident.

Impression qui s’est complètement vérifiée le 16 juin 2013, lorsque j’ai foulé le sol chaud de Montréal et que je me suis retrouvé, dès le lendemain, aux Francofolies découvrant ainsi cette même folie des festivals d’été qui ne cesse de m’enchanter !

Mais alors, pourquoi cette image, pourquoi ce titre, pourquoi Montréal ?

Nous sommes aujourd’hui en 2017 et c’est avec un peu plus de recul que je peux dire aujourd’hui que mon ressenti de 2013 n’est qu’à peine changé ! Que ce soit en français, en anglais ou en arabe, Montréal m’a fait réfléchir et observer ma quadruple culture avec l’œil nouveau que l’on ouvre quand on est en terrain neutre.

Plus je découvre cette ville et ses alentours, plus je découvre qui je suis. Ce n’est pas pas anodin si beaucoup d’immigrants choisissent Montréal. Que ce soit pour y vivre en paix ou pour grandir personnellement ou professionnellement, « YUL » est l’endroit qui nous fait réfléchir, qui nous fait sortir, qui nous teste, qui nous bouscule, qui nous tente et qui nous récompense si on sait comment s’y prendre…

Et même comme ça, j’ai l’impression que j’ai encore beaucoup à découvrir, que le terrain de jeu N°514 peut encore accueillir toutes sortes de disciplines et de cultures, sans perdre ni oublier… Mais en créant sa propre identité !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE