La liste du Top 100 Wine Spectator 2016 est sortie

Des bouteilles exceptionelles pour alimenter votre passion du vin.

Wine Spectator 2016 chez Jatoba
Photo : YULorama
La liste du Top 100 Wine Spectator 2016 est sortie

La liste des vins les plus excitants de 2016 est sortie : le fameux Top 100 Wine Spectator 2016. Comme à chaque année, des milliers de vins ont été testés à l’aveuglette et notés par des experts sans discrimination pour l’expertise du producteur ou la région de provenance. Pour certains c’est comme Noël : ils attendent cette liste avec impatience pour ajouter des bouteilles à leur collection ou tout simplement pour découvrir une maison de production ou une région.

Organisée par les Vins Philippe Dandurand, c’est avec un palais de néophyte que j’ai pu déguster et à l’occasion découvrir quelques vins qui ont eu l’honneur de se hisser dans la liste du Top 100. Une chance que j’étais accompagnée de réels amoureux du vin pour me guider!

Wine Spectator 2016 chez Jatoba
Photo : YULorama

Une découverte de lieux et d’histoires

C’est donc au restaurant Jatoba que nous étions conviés pour un voyage avec nos papilles. Si vous avez eu l’occasion d’y manger ou de voir des photos sur Instagram, vous comprendrez qu’il fallait un lieu exceptionnel pour discuter de vins exceptionnels. Un peu comme les vins qui finissent sur la liste du Top 100, le restaurant Jatoba est un lieu un peu caché qui, lorsqu’on prend la peine de le découvrir, est en réalité plein de surprises et d’histoires.

Les maisons de production et les vignobles qui voient le fruit de leur labeur se retrouver sur cette liste ont des raisons d’être fiers. Pourtant, à l’année longue le but de leur travail n’est pas de se retrouver parmi les meilleurs vins du monde. C’est la passion des producteurs, l’amour de la vigne et du vin, et surtout les particularités de la région qui permettent de créer des conditions favorables à la production d’un vin. Parfois, il arrive que celui-ci soit bon. Dans certains cas, il arrive que celui-ci soit exceptionnel.

Wine Spectator 2016 chez Jatoba
Photo : YULorama

Ce qu’on ne voit pas quand on lit la liste du Top 100, c’est l’histoire et la passion qui se retrouve derrière chaque bouteille de vin, chaque caisse. Cette dégustation m’a permis de voyager en France, aux États-Unis, et au Chili. En effet, nous n’avons pas parlé que de vin.

Pour comprendre certains arômes et accords, une mise en contexte est de mise. Le fait de connaître la particularité des saisons et du sol d’une région permet de décerner certaines notes et textures. Même d’une année à une autre on peut sentir une différence, à condition d’avoir un palais juste assez développé. Comprendre le vin c’est aussi avoir la capacité de créer des souvenirs, car pour chaque occasion il y a un vin, que ce soit le fait de partager un poulet rôti avec des amis sur la plage, ou de partir à la chasse sur le flanc d’une montagne.

Pour tous les palais et tous les budgets

Certains vins sur la liste du Top 100 seront disponibles à la SAQ à la fin du mois d’août. Malheureusement, ce n’est pas parce qu’un vin se retrouve sur la liste qu’il sera nécessairement disponible au Québec, mais nous avons toutefois déjà une très bonne sélection qui nous est offerte.

Étant donné que les vins sont goûtés et notés à l’aveuglette, il est très commun d’y retrouver des vins de différentes régions, différents cépages, et surtout différents prix. Même si un vin à 98$ peut sembler fort prometteur, il y a de très fortes chances que vous soyez séduit(e) par un vin à 22$.

Wine Spectator 2016 chez Jatoba
Photo : YULorama

Une belle expérience pour une néophyte

Je pense que je ne me trompe pas lorsque je dis que beaucoup de gens aiment le vin. Pourtant, apprendre à connaître le vin peut faire peur à plusieurs. Pour un néophyte, des termes comme « tannins », « cassis », ou même « biodynamie » peuvent en perdre plus d’un. Malgré ma soif d’apprendre je ne possède pas encore les connaissances nécessaires pour parler de vin de la même façon que je parle de gastronomie.

Pourtant, lors de cette dégustation, je ne me suis pas sentie perdue dans un autre univers. J’ai trouvé qu’au contraire il s’agissait d’une façon intéressante d’apprendre qui allait au-delà de la technicalité. Savoir ce qui se trouve dans le vin est une chose : le comprendre en est une autre.

PARTAGER
Article précédentThe Thing, la chair de poule en été
Article suivantAvez-vous aperçu Traces?
Amoureuse du voyage, de la bouffe, du design et de l'architecture, Sarah s'est donnée comme mission de faire découvrir sa passion pour Montréal et de vanter les bons coups de cette île-ville. Si elle n'est pas en train de découvrir un nouveau resto ou de comploter une façon de faire acquisition du Silo no 5, elle est probablement en train de se promener à la recherche de trésors cachés! On peut suivre ses aventures sur Instagram (@gabiesom) et via son blog personnel (gabiesom.blogspot.ca).