La taxe cachée des permis animaliers

La ville fait tout pour rendre difficile l'accès aux permis.

permis animaliers
Crédit photo: Pixabay
La taxe cachée des permis animaliers

Ainsi donc le nouveau règlement sur les permis animaliers oblige tous, même les propriétaires de chats intérieurs, à se procurer une médaille à mettre autour du cou de minou ou de toutou (je devrais m’informer si ça touche les poissons rouges aussi?). C’est donc au début du mois que j’ai décidé, comme à chaque année, de faire «ma bonne citoyenne» et aller me chercher lesdites médailles chez mon animalier du coin… Et c’est là que j’ai compris la réelle motivation de tout ce cirque. Ce n’est pas la protection, mais la taxation. Bienvenue au royaume de la taxe cachée des permis animaliers.

permis animaliers
Crédit photo: Pixabay

Disponible seulement au bureau d’arrondissement

Quand je suis arrivée chez mon animalier au coin de la rue pour me procurer les permis (un pour mon chien, un pour mon chat d’intérieur), la demoiselle à la caisse me dit «On en a plus». Stupéfaite par la rapidité des citoyens à avoir vidé les réserves de la boutique, je réponds «Quoi? Déjà?» et c’est là que je me fais dire que non, ils n’en ont plus, point. La ville les ont retirés des boutiques et que la seule place où les permis sont disponibles sont dans les bureaux d’arrondissement.

Je n’en reviens pas.

Je retourne donc chez moi, bredouille, et décide de faire un appel à une autre boutique de produits animaliers dont je savais approuver par la ville pour la vente de médailles. Même réponse. Ben voyons donc!

Je décide donc de visiter le site de la ville à http://ville.montreal.qc.ca/animaux/ et consulte la liste des points de vente de l’ensemble du territoire. Effectivement, on dirait que seuls les bureaux d’arrondissement sont ouverts.

J’appelle.

Tout pour mettre des bâtons dans les roues

Après environ seulement 5 minutes d’attente, je suis en ligne avec un jeune homme et malgré la frustration qui est déjà légèrement montante en moi, je sais que tout cela n’est pas de sa faute, alors je m’assurer de parler avec le sourire.

Je lui demande si c’est vrai tout cela, s’il n’est plus possible de se procurer des médailles dans les boutiques. Il me dit que c’est vrai, que la ville a pris le contrôle sur la situation. Je demande alors si on doit absolument se présenter en personne. Il me dit oui. Je réponds que nous sommes en 2017 et que ça devrait se faire aussi par internet. Il me dit que nous devons être présents pour montrer notre carnet de vétérinaire pour prouver la stérilisation. J’indique qu’un carnet de vétérinaire ça se scanne et que je peux tout de même envoyer la preuve par courriel ou n’importe quel formulaire en ligne. Il me répond que l’on doit être présent aussi pour signer et porter serment.

permis animaliers
Crédit photo: Pixabay

PORTER SERMENT?!

Attendez, là. Pas que j’avais l’intention de tromper le système, mais c’est quoi cette folie? Vais-je devoir mettre la main gauche sur le livre de loi de la ville, lever la main droite et jurer que j’ai «Un petit Shetland de 8 ans qui a plus peur de son ombre que la ville a peur des Pitbull»?

Je ravale de travers cette information loufoque et je demande les horaires.

Du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00.

Wow. Ok. Perso, j’ai un horaire assez flexible, alors ça me va, mais une grande partie de la population travaille à ces heures-là.

L’employé me répond, avec le plus grand des sérieux : « Nous sommes également ouverts le deuxième jeudi du mois jusqu’à 19h00 ».

Tout un accommodement!

Ah, mais on m’annonce qu’une fois l’animal enregistré (sous serment!) au bureau d’arrondissement, le renouvellement peut se faire par la poste.

Ah, ok ! Fiou !

permis animaliers
Crédit photo: Pixabay

Taxe cachée

Pourquoi est-ce que je dis que tout ce cirque est une taxe cachée? Car si le but réel de la ville était de protéger ses citoyens, elle aiderait les propriétaires d’animaux en facilitant l’accès au permis plutôt que de nuire. Mon bureau d’arrondissement se situe à 45 minutes à pieds de chez moi ou deux autobus ou un autobus+deux stations de métro+10 minutes de marche. La boutique animalière qui me fournissait en médaille jusqu’à l’an passé? 3 minutes de marche.

Je suis en forme, je marche beaucoup, j’ai un horaire flexible. Ça va. Mais pense-t-on à ceux qui ont de la difficulté à bouger? Ceux qui travaillent à temps plein de jour? Mamie qui a 85 ans et qui se déplace avec une marchette va-t-elle réellement se déplacer au bureau d’arrondissement pour son vieux chat d’intérieur? Non. Mais les inspecteurs de la ville pourraient venir faire des vérifications et lui donner une amende. La façon de fonctionner n’est pas encore super claire pour les chats d’intérieurs, mais «Une patrouille de contrôle animal sillonne le territoire montréalais pour s’assurer du respect des règles de civisme et de sécurité».

Alors vu que c’est compliqué à la base à cause des horaires et de la localisation de bureaux d’arrondissement, combien de gens pensez-vous feront «Ah et tant pis, trop compliqué» et n’iront pas chercher leur permis ? J’ai l’impression que c’est exactement ce que la ville veut et a cherché à faire. Sous des déclarations de protection du citoyen, on tente de cacher la réelle intention qui est de faire de l’argent, encore une fois, sur le dos du citoyen.

Parce que, dans le fond, des amendes qui commencent de 300$ à 600$ pour une première offense, c’est payant.

Si on avait vraiment voulu protéger le citoyen, on aurait poursuivi au criminel Franklin Junior Frontal (le propriétaire du chien qui a fait perdre la vie à Christiane Vadnais) pour avoir élevé son chien, nommé Lucifer, comme une arme destructrice (un chien ne devient pas aussi violent par lui-même) et si on avait rendu la délivrance de médaille beaucoup plus facile.

Non, en réalité, Franklin Junior Frontal s’en sort sans dossier criminel (la famille de Mme Vadnais poursuit au civil) et les médailles sont très difficiles à obtenir.

Tout ce cirque n’est utile qu’à UNE partie et c’est le porte-feuille de la ville.

Pitoyable.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE