Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde: Une expérience multisensorielle

Une exposition innovatrice à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal!

Crédit photo: YULorama
Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde: Une expérience multisensorielle


Nombreux étaient les gens présents lors de la soirée d’ouverture de l’exposition Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde mardi dernier au Musée des beaux-arts de Montréal. Jusqu’au 4 février 2018, le MBAM collabore avec l’Office national du film du Canada pour présenter Kushapetshekan / Kosapitcikan – Épier l’autre monde, une exposition conçue par de brillantes jeunes artistes attikameks; Eruoma Awashish, Meky Ottawa et Jani Bellefleur-Kaltush. Cette oeuvre s’inscrit au coeur de la série spéciale Elles Autochtones du Musée des beaux-arts de Montréal, qui vise à mettre en lumière le travail d’artistes féminines autochtones cette saison.

Crédit photo: YULorama

Kushapetshekan / Kosapitcikan se présente sous forme d’installation cylindrique à l’intérieur de laquelle sont projetées des images et illustrations qui représentent le sacré. Les spectateurs, seuls ou en petits groupes, s’introduisent dans cet espace restreint afin de découvrir l’univers culturel à la fois sombre et coloré partagé par les trois artistes. L’essence de l’oeuvre est basée sur Kushapetshekan / Kosapitcikan, signifiant épier l’autre monde, un concept créé de ces mots innu et attikamek qui se traduit dans chaque élément de la projection. L’aspect visuel exposé sur la toile cylindrique ajoute à l’unicité de la pièce et est accompagné d’une trame sonore et de vibrations, ce qui fait de l’expérience un voyage multisensoriel particulièrement profond et intime. C’est d’ailleurs ce que les artistes ont voulu imaginer à travers cette oeuvre; une expérience en toute intimité et réflexion pour inciter les gens à vivre un moment d’arrêt lors de cette projection immersive.

 

Crédit photo: YULorama

Cette proposition artistique marginale ébranle et éblouit à la fois le spectateur. Avec leur vision singulière et l’expression innovatrice de leur forme d’art, Eruoma, Meky et Jani parviennent à captiver leur auditoire et à porter un message chargé et pertinent. Tel que si bien exprimé par l’une d’elles lors de l’événement d’ouverture, l’expérience du spectateur est influencée directement par son degré d’ouverture et son propre bagage culturel.

Le concept derrière Kushapetshekan / Kosapitcikan, a été élaboré par Eruoma Awashish, Meky Ottawa et Jani Bellefleur-Kaltush dans le cadre de Déranger, un laboratoire créatif produit par l’Office national du film du Canada en collaboration avec le centre d’artistes en arts médiatiques OBORO de Montréal et du Wapikoni. Le Musée des beaux-arts est maintenant fier d’héberger et de présenter cette oeuvre dans toute son ampleur cet automne.

Enfin, cette magnifique oeuvre est sans hésiter un incontournable, surtout en ces moments où le féminisme et l’ouverture culturelle s’avèrent particulièrement nécessaires. À voir!