[ÉDITO] Le 5 novembre, élisons une mairesse.

Qui aurait cru qu’une élection municipale pouvait être aussi trépidante?

Crédit photo : Municipalité de Lanoraie
[ÉDITO] Le 5 novembre, élisons une mairesse.

Je n’espère ne pas vous apprendre que le 5 novembre prochain, tout le Québec sera en processus de votation pour les élections de chacune des municipalités. À Montréal, la campagne électorale est particulièrement captivante et, personnellement, me donne espoir. Pour une rare fois depuis très longtemps, nous avons un nouveau personnage dans la course à la mairie qui semble vraiment concorder avec mes idéologies et qui pourrait apporter un vrai vent de fraîcheur. Celui-ci n’a d’ailleurs rien à voir avec l’arrivée de Denis Coderre après les passages de Gérald Tremblay et Michael Applebaum à la mairie de Montréal, qui était somme toute un peu rafraîchissant, mais qui finalement s’est retrouvé très décevant au courant de son mandat.

Vous l’aurez deviné, ce vent de fraîcheur s’appelle Valérie Plante. Elle m’a d’abord intriguée par son magnifique coup de pub « L’Homme de la situation », puis son programme et son équipe m’ont complètement conquise. Regardons ensemble les raisons qui me pousseront à voter pour Projet Montréal le 5 novembre prochain. À vous de voir ensuite si ces raisons vous interpellent.

Transports en commun et bénéfices pour l’environnement

Étant une environnementaliste qui voyage exclusivement en transports en commun, il est bien évident que d’améliorer le système de métro m’importe beaucoup. On a beau être la seule ville québécoise où il est facile de vivre sans voitures, mais n’empêche que cela pourrait quand même être grandement amélioré. Nous ne pouvons pas nécessairement nous rendre partout à Montréal. Beaucoup de nos quartiers sont mal desservis et éloignés des stations de métro, surtout Lachine et Montréal Nord.

Avec son projet de ligne rose, Projet Montréal compte se rendre jusque dans ces deux quartiers, et il semble aussi qu’il sera plus facile d’aller jusque dans le vieux Rosemont (et, bien entendu, le prolongement de la ligne bleue jusqu’à Anjou tient toujours la route!). Cela aurait pour effet global d’alléger la congestion sur la ligne orange à l’heure de pointe. Bref, c’est vraiment une proposition dont tous les gens qui utilisent le transport en commun en connaissent l’importance.

De plus, Valérie Plante compte aussi repenser la façon de partager la route de manière globale, avec tous les acteurs en cause. Rappelons qu’il est encore difficile à ce jour pour un cycliste montréalais de se rendre à son travail ou ailleurs sans risquer sa vie. Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai peur pour eux chaque fois que j’en vois passer… Et ça tombe bien, car mentionnons aussi que la cheffe de Projet Montréal veut aussi sécuriser toutes les artères le plus rapidement possible.

Tous ces efforts pour repenser le transport montréalais donneront envie à plusieurs d’utiliser davantage les services de la STM (ou leur vélo!), et cela aura d’immenses bénéfices pour l’environnement. C’est un gros pas vers la bonne direction quant à la lutte contre les changements climatiques et pour rendre plus facile et pratique la vie des montréalais.

La personne qu’est Valérie Plante

On ne peut pas dire que la cheffe de Projet Montréal n’a pas un charisme de fou !  Cette femme nous inspire confiance en elle, par la clarté de ses propos et de son programme, puis par sa volonté claire et transparente de vouloir rendre la vie plus simple pour les Montréalais. De plus, elle vient du milieu des organismes communautaires : on peut donc en comprendre que ses préoccupations sont réellement centrées sur la population montréalaise, puisqu’elle est elle-même citoyenne. J’imagine qu’elle ne sera alors pas à la merci des grandes compagnies au détriment des citoyens.

Puisqu’elle provient des organismes communautaires, on peut aussi croire Mme Plante quand elle nous dit qu’elle n’a pas de squelettes dans son placard. Il n’y aura pas de dons faramineux provenant de personnes louches dans le but qu’elle agisse d’une manière ou d’une autre pour favoriser un projet que la population ne veut pas. Elle compte demander l’accord des Montréalais pour les gros projets d’envergure (comme le baseball) et ne dilapidera pas l’argent public si nous ne sommes pas volontaires pour le projet. C’est un peu ça la démocratie, non?

Finalement, je trouve que Valérie Plante déplace de l’air et que c’est une femme remplie d’actions et de volonté. J’aime voir des femmes comme celles-là être dans des positions de pouvoir où on peut la prendre comme modèle pour la gente féminine et les générations futures. Cela fait du bien à mon degré d’espoir en l’humanité.

Projet Montréal, un parti à l’écoute de ses citoyens

Un des gros facteurs qui m’a fait basculer d’indécise à voter pour Projet Montréal, c’est lorsque le candidat pour être conseiller de ville dans mon secteur a sonné à ma porte pour me demander mon avis sur les choses à régler dans Côte-des-Neiges, quartier que j’aime particulièrement et dont j’avais justement déjà analysé les problèmes.

Contrairement à ce que je me suis tout de suite imaginé lorsqu’il s’est présenté à moi, il n’était pas là pour me présenter sa cassette qu’il connaît par cœur et s’en aller après avoir fait semblant de s’être soucié de mon avis. Il m’a vraiment demandé mon avis, de manière sincère et avec une écoute attentive (ça se sent, ces choses-là, et leur contraire encore plus!), et nous avons eu une bonne discussion pendant une trentaine de minutes dans mon cadre de porte. Moi qui étais cynique et craintive au début, j’en suis ressortie étonnée parce que je m’étais sentie écoutée, et j’ai eu confiance que toutes les recommandations que je lui ai apportées vont être prises en considération. Je ne suis pas certaine que ce soit tous les candidats de tous les partis qui prennent autant de temps chez le voisinage de leur quartier.

Cela va donc dans l’essence même de Projet Montréal d’être à l’écoute de ses citoyens. Sur les médias sociaux, tous les candidats de mon quartier sont très présents, publient ce qu’ils font et leur volonté d’améliorer Montréal. Ils répondent également à toutes les questions que l’on peut leur poser. On sent une proximité avec les candidats, ainsi qu’une sincérité dans leur approche.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça m’a convaincu.

Pour plus de détails sur le programme de Projet Montréal, vous pouvez visiter leur site web en cliquant ici.