Café Dei Campi: le client d’abord!

Note parfaite pour l’amabilité du personnel, la qualité et l’originalité des produits, la convivialité de l’endroit.

Café Dei Campi
Mention de source: Rachel Carrier pour YULorama
Café Dei Campi: le client d’abord!

Au Café Dei Campi, on se sent comme chez soi. C’est d’ailleurs l’objectif premier du couple propriétaire, Isabelle Deschamps et Nicolas Vardaro. «Nous voulons tisser des liens avec nos clients. Nous voulons que les gens se sentent bien et reviennent.», m’a lancé Nicolas en m’expliquant qu’il est donc primordial pour eux de sélectionner un personnel qui met au premier plan le contact franc avec la clientèle.

Né au Québec, d’un père napolitain et d’une mère sicilienne, Nicolas a les coutumes italiennes dans le sang. La famille avant tout: «Si un client revient avec sa mère, c’est le plus beau compliment qu’on puisse me faire.»

Pizzette et calzone
Mention de source: Rachel Carrier pour YULorama

À votre service!

À la boulangerie-pâtisserie, on est accueilli chaleureusement dès qu’on y met les pieds. On nous sourit. On nous salue. On nous reconnaît. Sinon, on s’informe. On nous demande si c’est notre première visite. On nous parle de l’endroit, on nous indique les pâtisseries de la semaine, les coups de cœur. On sent que le personnel est fier de ses produits vegan d’inspiration italienne. Il est tout de go pour expliquer les origines de telle ou telle pâtisserie, pour indiquer de quoi elles sont composées.

Une fois qu’on réussit à faire un choix, on nous invite à prendre place et on nous sert à la table. Si le cœur nous en dit, on peut aussi piquer une jasette avec le barista. Ici, on paie à la toute fin. Pas de stress. D’un coup que l’envie nous viendrait de commander un deuxième espresso accompagné d’un cannoli (rouleau de pâte frit farci)!

Le service est courtois et élaboré, mais reste efficace. Il y a toujours quelqu’un derrière pour venir en renfort. La gentillesse et la disponibilité du personnel sont tout simplement remarquables.

Pastiera napoletana
Mention de source: Rachel Carrier pour YULorama

C’est la décadence!

Isabelle Deschamps, anciennement pâtissière au H4C et au Toque, nous propose des pâtisseries et des pains hallucinants: le biscuit citron, le sablé au sésame (recette de la grand-mère sicilienne revampée à la vegan), le beignet, la pizzette (petite pizza), le calzone (pizza chausson farcie).

À l’occasion de Pâques, on peut se délecter de la pastiera napoletana, un délice fait de ricotta d’amandes, d’orge, de citron, de fleur d’oranger et de cannelle. Tout est fait maison et cuit sur place dans la grande cuisine tout équipée, qui accueille aussi des groupes, de petits traiteurs qui ont besoin d’espace. La qualité des produits est impeccable. Isabelle peut fièrement porter le nom du café: Deschamps pour Dei Campi!

Nicolas Vardaro est végétalien depuis 14 ans. Il a travaillé au Pick-up puis au Caffe San Simeon. C’est d’ailleurs lors de son dernier emploi comme barista qu’il a découvert qu’il aimait le café! Son café, il l’aime foncé, corsé, sur des notes de caramel et de chocolat. Et c’est ce type de café qu’il veut servir aux gens. Il est moins adepte du café plus fruité et acidulé des cafés de 3e vague, par exemple.

Pour réussir un café, «il faut respecter les 4M: macchinametodomichelamani». Michela, c’est le produit même, le café. Pour un café italien de haute qualité, il s’approvisionne donc chez une société italienne, Siprocaf, située à Terrebonne. Pour les trois autres M, il a la machine et la méthode et ses mains de barista d’expérience s’occupent du reste!

Mention de source: Rachel Carrier pour YULorama

Comme à la maison

À première vue, ce café de quartier n’a l’air de rien. Il est installé sur le boulevard Rosemont dans un bâtiment industriel de briques grises. On y accède en empruntant l’embranchement qui sépare le parc Père-Marquette à la hauteur de la rue De Lanaudière. Il a ouvert en décembre 2015, sans grande affiche, ni publicité. Jusqu’à maintenant, «le bouche-à-oreille fait bien son œuvre».

Endroit au milieu de nulle part, mais une fois à l’intérieur, on est dans un espace intime et invitant. On peut prendre son café au comptoir ou pour emporter. On peut aussi prendre son temps devant les grandes vitrines et travailler sur son ordinateur portable. Bien que la plupart des produits soient végétaliens, il est possible de boire son café avec du lait de vache si désiré.

Au Café Dei Campi, on est charmé dès la première fois. On se sent à l’aise. On est subjugué par les saveurs et la fraîcheur des produits. On devient rapidement abonné!

Café Dei Campi
1360, boulevard Rosemont
Montréal (Québec)  H2G 1V4
514 563-0649
fr-ca.facebook.com/cafedeicampi 

Heures d’ouverture
Lundi, 8h à 19h
Mardi – Jeudi – Vendredi, 8h à 17h
Samedi – Dimanche, 10h à 17h
Fermé le mercredi

PARTAGER
Article précédentActivités à faire en famille pendant ce long weekend de Pâques
Article suivantMnémosyne: l’art du passé au présent
Rachel accroche quand ses sens vibrent. Elle cherche le beau, le bon, le vrai. Goûter une bière parfumée d’herbes et d’épices dans une microbrasserie. Écouter un violoniste dans une ruelle verte. Regarder un spectacle de flamenco au sommet du mont Royal. Respirer les saveurs d’un plat d’ailleurs dans un petit resto de quartier. Pratiquer le yoga au grand air. À pied ou à vélo, elle aime partir à la découverte de l’endroit méconnu ou de l’expérience authentique sans flafla. Globe-trotteuse et passionnée d’aventures, elle a alimenté un blogue lors d'un voyage d'un an et demi en Amérique latine et en Asie : billetallersimple.blogspot.ca.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE